LES OEUVRES

Vouer sa vie à la couleur : telle pourrait être la devise de Pascal Fancony, dont l’espace Riquet propose une rétrospective de quarante années de peinture. Certes il s’est rendu compte que l’espace en lequel s’inscrit la perception colorée était un élément essentiel de sa perception et qu’elle pouvait se conjuguer quasiment à l’infini. Mais elle est omniprésente, des premières toiles libres à la période rouge dite chinoise, assortie de la référence au cercle, et des gradations d’ombre sur fond rouge, aux récentes cagettes, couleurs tressées et couleurs croisées. Point de figure, nous en sommes suffisamment saturés, point de gestes expressionnistes mais le recours à une géométrie élémentaire, point de composition sinon celle déduite par la division de la surface. On voit que la démarche de Pascal Fancony s’inscrit dans une certaine rigueur, à l’instar d’une ascèse.